Recherche d’alternatives aux traitements insecticides

Publié le 29 août 2023

Maîtrise du vecteur

A ce jour, la lutte insecticide est la seule solution pour lutter contre la dissémination de la cicadelle de la flavescence dorée. Cependant, les chercheurs testent de nombreuses solutions alternatives aux insecticides pour contrôler les populations de S. Titanus (écorçage mécanique, décapage du tronc à l’eau chaude, application d’huile minérale ou de di-hydroxyde de calcium. Des solutions ovicides sont également étudiées car elles permettent de limiter l’augmentation des populations (bandes engluées, étude de la dynamique des larves à l’échelle des ceps).

Le projet RISCA, financé par le Plan National Dépérissement du Vignoble, a évalué les différentes alternatives les unes par rapport aux autres en fonction de la facilité de réalisation, de leur coût et de leur efficacité. L’intégration de la lutte ovicide dans les stratégies de lutte actuelle semble intéressante. En effet, la destruction des œufs présents sous l’écorce pendant l’hiver permet d’abaisser les populations initiales en début de saison.

De plus, le  projet Risca a permis d’étudier l’efficacité des traitements insecticides sur une parcelle contaminée et à proximité de friche viticole. Sur deux campagnes viticoles, l’IFV Sud-ouest a mis en place un vaste réseau de suivi des adultes de Scaphoideus titanus afin de mieux appréhender ses mouvements pour mieux comprendre les dynamiques épidémiques à proximité des vignes en friche ou d’anciennes parcelles. Pour cela, des essais ont été menés dans les vignobles de Gaillac et Cahors. Les suivis sont réalisés grâce à la mise en place d’un réseau de piégeage dense (un piège chromatique englué tous les 20 m dans les parcelles de vigne).

Les pièges géolocalisés sont relevés et remplacés 3 à 4 fois entre juin et septembre. Un comptage des cicadelles adultes piégées est ensuite réalisé et permet d’obtenir des cartes d’intensités de la présence du vecteur de la flavescence dorée. Les premiers résultats des relevés laissent entrevoir qu’en dépit de la réalisation des traitements obligatoires sur les parcelles de vignes, des recolonisations peuvent avoir lieu depuis des friches ou des vignes ensauvagées, situées à proximité des parcelles, plus tard en saison. Bien que les traitements permettent de nettement maitriser les populations de S. titanus dans les parcelles, des contraintes extérieures difficiles peuvent impacter l’efficacité globale de la lutte. Il faut donc garder en tête que les cicadelles présentes dans les friches peuvent recoloniser des parcelles traitées

Pour en savoir plus, cliquez ici.

Publié le 29 août 2023

Prospection Collective

VigieBourgogne : une application pour reconnaître et signaler les pieds malades

En savoir +

Publié le 20 août 2023

Maîtrise du vecteur

La modélisation pour mieux comprendre la dissémination de la maladie

En savoir +

Publié le 04 septembre 2023

Maîtrise du vecteur

Et si la vigne devenait résistante au phytoplasme de la flavescence dorée ?

En savoir +

Publié le 08 septembre 2023

Recherche

Pour en savoir plus sur les recherches menées sur la flavescence dorée…

En savoir +
Voir toutes les actus

Nos partenaires